Dernières nouvelles

ACTUALITES Santé

Affluence dans les cliniques d’optométrie avant leur possible retrait de la RAMQ

Les optométristes des Îles sont débordés depuis l’annonce de leur retrait éventuel de la Régie de l’assurance maladie du Québec.

À la Clinique d’optométrie des Îles, on peine à suffire à la demande.

Sa propriétaire, Mariève Béchard, souligne, par voie de courriel, que la demande est forte afin d’obtenir un rendez-vous avant le 9 mars, date à partir de laquelle plusieurs patients devront possiblement débourser de leur poche les services reçus.

Du côté de l’Association des optométristes du Québec, l’on explique que c’est l’échec des négociations avec le gouvernement provincial qui est à l’origine de leur décision.

Son trésorier et membre du comité de négociations, l’optométriste Guillaume Fortin, indique qu’il y a un ras-le-bol généralisé dans sa profession face aux honoraires payés par la RAMQ, jugés insuffisants :

Son association demande notamment un important rattrapage au gouvernement :

Mercredi, l’AOQ a annoncé qu’elle contestait l’arrêté ministériel, émis le 16 février, qui force les optométristes à demeurer dans le régime public.

Jugeant que le gouvernement abuse de son pouvoir en agissant de la sorte, l’association menace de défendre les droits de ses membres devant les tribunaux.

ACTUALITES Divers

Incendie mineur à Fatima

Les pompiers de la caserne 58 sont intervenus pour un feu dans un cabanon, jeudi (aujourd’hui) tôt en matinée, sur le chemin des Caps à Fatima.

C’est un passant qui a aperçu l’incendie et alerté les occupants de la maison et les intervenants, peu après une heure.

Le directeur du Service incendie des Îles, Joël Sauvé, précise que quelques personnes sont sorties des habitations avoisinantes, par mesure de précaution.

Heureusement, personne n’a été blessé ou incommodé par la fumée :

Les pompiers ont réussi à maîtriser rapidement l’incendie.

Les dommages sont évalués à quatre mille dollars.

ACTUALITES Économie Énergie Environnement

Plafonnement de l’autoproduction: Hydro-Qc invoque la stabilité du réseau

Hydro-Québec explique que c’est pour éviter de déstabiliser ses réseaux autonomes qu’elle veut plafonner l’autoproduction d’énergie renouvelable.
Selon ses ingénieurs, il faut la limiter à cinq pour cent de la puissance installée d’une centrale thermique.
Aux Îles, cela équivaut à un pic de puissance de trois mille 350 kilowatts, précise le porte-parole de la société d’État, Marc-Antoine Pouliot :
Selon Hydro-Québec, il y a actuellement moins de cinq résidents des Îles qui font de l’autoproduction.
La société d’État calcule qu’il y a place pour plus de 150 autres :
Le programme d’encouragement d’Hydro-Québec à l’autoproduction prévoit que tout dépassement de la consommation moyenne annuelle du client soit versé dans une banque de kilowatts/heure.
Si la Régie de l’Énergie accepte cette proposition, le compteur de cette banque de surplus sera remis à zéro aux deux ans.

ACTUALITES Économie

Nouvel outil d’exportation des produits du terroir

Les organismes Gaspésie Gourmande, le Bon gout frais des Îles et GIMXPORT s’unissent pour créer un réseau de distribution de produits alimentaires destinés aux marchés de Québec et Montréal.

Le directeur du Bon goût frais, Simon Beaubien, souligne que son organisme tente depuis quelques années de faciliter les exportations groupées de ses membres, mais se heurte souvent à des problèmes de logistique.

GIMXPORT agira en tant que courtier et supervisera le travail de personnes ressources, établies à Montréal et à Québec, qui assureront les démarches de mise en marché auprès des points de vente :

Le réseau de distribution rassemble 12 entreprises de la Gaspésie, et six des Îles, qui ne produisent pas suffisamment pour avoir déjà leur propre réseau, mais suffisamment développées pour convoiter d’autres marchés :

Trois postes à temps partiel, dont un en région, seront ouverts pour soutenir le nouveau réseau, qui a coûté près de 250 mille dollars à mettre en place.

En plus de la mise de fonds des entrepreneurs, le financement provient du ministère de l’Agriculture, des Pêches et de l’Alimentation et du Fonds d’Appui au Rayonnement des Régions de la Gaspésie et de celui des Îles.

ACTUALITES Éducation

Les deux commissions scolaires de l’archipel en tête

Le taux de diplomation au secondaire est en hausse dans la région, ainsi qu’à l’échelle provinciale.

Selon les données émises récemment par le gouvernement du Québec, la proportion d’élèves ayant obtenu leur diplôme d’études secondaires en cinq ans atteignait plus de 70 pour cent, en 2016.

C’est huit pour cent de plus qu’en 2013.

En Gaspésie et aux Îles, c’est la Commission scolaire Eastern Shores, notamment responsable de l’école de Grosse-Île, qui arrive en tête, avec un taux de diplomation de plus de 76 pour cent.

La Commission scolaire des Îles se place au deuxième rang, avec un taux de 72 pour cent.

Comparativement aux chiffres émis en 2013, il s’agit d’une amélioration de plus de 12 pour cent chez les anglophones.

À la CSÎ, ça représente une hausse d’environ six pour cent.

ACTUALITES Santé

La demande pour Résidence Plaisance dépasse déjà l’offre

Résidence Plaisance enregistre 171 inscriptions pour ses 141 unités de logement pour personnes âgée autonomes ou en légère perte d’autonomie.
Du nombre, 31 réservations visent d’éventuels loyers à prix modique financés par la Société d’habitation du Québec.
Ainsi, on a déjà une liste d’attente qui dépasse l’offre du futur édifice, souligne le président de l’organisme sans buts lucratifs, Léonard Aucoin :
Pour répondre aux besoins du CISSS des Îles, Résidence Plaisance sera également dotée d’une unité de soins de 62 lits, dont 53 sont déjà sous entente de financement du ministère de la Santé et des Services sociaux.
M. Aucoin dit s’attendre à ce que Québec confirme son engagement financier pour le projet global de 68 virgule trois millions de dollars, dans le cadre du prochain budget Leitão :
Selon Léonard Aucoin, il faudra prévoir un délai de 18 à 24 mois pour construire la nouvelle Résidence Plaisance.
Il dit espérer qu’on en débute les travaux dès ce printemps.

ACTUALITES Communication Économie Insularité Politique

Le RICEIM veut 100 mégabits au plus vite

Le Réseau intégré de télécommunications électroniques des Îles et la Communauté maritime disent que trois années d’attente c’est trop, pour brancher les Madelinots à l’Internet à très haut débit.
Ils réagissent aux propos de la vice-première ministre Dominique Anglade, qui a déclaré sur nos ondes, mardi, qu’il faudra vraisemblablement patienter trois ans avant d’avoir accès à un forfait Internet de 100 mégabits, à un coût comparable à celui offert sur le continent.
Pour le président du RICEIM, Claude Cyr, un rapport qualité-prix similaire à ce qu’on retrouve sur le contient est une priorité depuis plus de deux ans, déjà :
Cela dit, peu importe la technologie qui sera retenue par le gouvernement, le maire Jonathan Lapierre précise que la proposition devra d’abord être entérinée par le conseil municipal.
Or, tandis que la proposition de Bell Canada vise le branchement des maisons à la fibre optique, avec une vitesse de 100 mégabits au même tarif que sur le continent, celle de Déry Télécom- une proposition hybride de câble coaxial et de fibre optique- n’a toujours pas été présentée aux élus :
Déry Télécom, qui n’a pas retourné notre appel, investirait 500 dollars par domicile pour le branchement Internet à haut débit.
En comparaison, la fibre à la maison de Bell Canada coûterait près de deux mille dollars par unité, tandis que Québec et Ottawa soutiennent déjà Télus pour plus de quatre mille dollars par foyer dans l’Est du Québec.

ACTUALITES Environnement Politique

La Coalition Saint-Laurent est mi-figue mi-raisin

La Coalition Saint-Laurent réserve un accueil mi-figue mi-raisin au projet de la Loi sur les évaluations environnementales fédérales.
Son porte-parole, Sylvain Archambault, applaudit notamment à la proposition de créer une Agence canadienne d’évaluation des impacts.
Il y voit plusieurs points positifs, dont l’encouragement à la participation citoyenne :
Là où le bât blesse, cependant, c’est avec la mise en place de Commissions d’examen lorsque des problèmes environnementaux majeurs sont appréhendés, ou encore s’il y a des contestations citoyennes importantes.
Le problème, explique M. Archambault, c’est qu’au moins deux membres des offices Canada-Terre-Neuve et Canada-Nouvelle-Écosse des hydrocarbures extracôtiers y siégeront à titre de commissaires :
Ainsi, les craintes des environnementalistes, des Autochtones et des membres de l’industrie de la pêche, qui ont manifesté à Halifax le mois dernier en anticipation du dépôt du projet de Loi C-69, étaient bel et bien fondées, souligne M. Archambault.
Ils présenteront un mémoire commun dans le cadre de la consultation publique qui s’amorce, pour faire valoir leurs appréhensions.

ACTUALITES Divers Sûreté du Québec

Bris mécanique ou vandalisme?

De la fumée se dégageant d’une embarcation en cale sèche, sur la Pointe de Havre-aux-Maisons, a fait déplacer les pompiers de matin.

Le moteur était en marche sans qu’on ne s’explique pourquoi.

La Sûreté du Québec fait enquête.

Selon le sergent Claude Doiron, un bris mécanique pourrait avoir provoqué un court-circuit et entraîné la mise en marche du moteur.

Ça pourrait aussi être un acte de vandalisme.

C’est le propriétaire du bateau de plaisance, Georges Cormier, qui a fait appel aux policiers.

Il fera évaluer son moteur par un expert pour déterminer s’il y a un bris.

Il évalue l’équipement de 275 forces à une centaine de milliers de dollars.

ACTUALITES Éducation Politique

Une stratégie éducative très bien accueillie

La nouvelle Stratégie relative aux services éducatifs offerts aux enfants de zéro à huit ans, annoncée en janvier, est bien reçue dans l’archipel.
Le gouvernement du Québec a dévoilé un train de mesures pour, entre autre, favoriser l’égalité des chances par un dépistage précoce et l’offre d’un petit déjeuner nutritif aux enfants du premier cycle du primaire issus de milieux défavorisés.
Bien qu’elle ne sache pas encore quel budget y sera associé dans l’archipel, la directrice des services éducatifs, Isabelle Gilbert, y voit une approche complémentaire à celles déjà adoptées localement, pour assurer un parcours éducatif harmonieux et permettre l’acquisition des compétences essentielles en lecture, écriture et mathématiques:

Ultimement, le ministère de l’Éducation vise à rehausser à 90 pour cent, d’ici 2030, le taux de diplomation des moins de 20 ans.
C’est un objectif que Mme Gilbert qualifie d’ambitieux, compte tenu que ce taux stagne à 80 pour cent, aux Îles :

En comparaison, le taux de diplomation du Québec frise les 79 pour cent, avec un écart de 10 pour cent entre les garçons, à 74 pour cent, et les filles, à 84 pour cent.
Québec vise à réduire cet écart de moitié, au cours des 12 prochaines années.