ACTUALITES Économie

Un nouveau partenaire potentiel pour l’industrie locale du phoque

Crédit photo: Yoanis Menge
Publié par Antonin Valiquette

Le responsable des pêches commerciales, du développement économique et chef-conseiller de la Première Nation Malécite de Viger, Pierre Jennis, était de passage aux Îles pour approcher l’industrie locale du phoque.

La communauté autochtone, qui détient notamment des quotas de homard,  de crabe, de crevette et de poissons de fonds, de même que des actions dans deux usines de transformation à Rimouski et à Rivière-au-Renard, est intéressée à chasser le phoque et à investir dans sa transformation.

M. Jennis souligne qu’en tant que Nation autochtone les Malécites jouissent d’un contact privilégié avec le ministère de Pêches et Océans, ce qui pourrait faciliter le travail de représentation auprès du gouvernement fédéral:

Selon M. Jennis, il s’agit non seulement d’une opportunité d’affaires pour sa communauté, mais aussi d’un retour à la pratique d’une activité de chasse traditionnelle qui pourrait contribuer à stabiliser l’approvisionnement de l’usine Total Océan:

Advenant un engagement dans la collecte de la ressource, il reste à voir si les Malécites feront partie du quota global de phoques gris et du Groenland, ou si la communauté autochtone se verra attribuée son propre quota.

Le chef-conseiller de la Première Nation Malécite de Viger prévoit revenir dans l’archipel en octobre, accompagné de ses partenaires, afin de participer à une sortie d’initiation aux procédés de chasse des Madelinots.

Laisser un commentaire