L’alcool peut être utilisé pour intoxiquer une victime dans le but de commettre une agression à caractère sexuel.

Découvrez la réponse en cliquant ci-dessous

Cette affirmation est un MYTHE

Aucunement

Cette affirmation est une Réalité

En effet, l’alcool peut faire partie des drogues du viol. L’agresseur peut l’utiliser au même titre qu’une autre drogue afin de piéger sa victime et de commettre une agression à caractère sexuel.

Un individu peut avoir une relation sexuelle avec une personne intoxiquée à l’alcool et être accusé d’agression à caractère sexuel.

Découvrez la réponse en cliquant ci-dessous

Cette affirmation est un MYTHE

Aucunement

Cette affirmation est une Réalité

Selon le Code criminel canadien, une personne ne peut donner son consentement à une activité sexuelle si elle est incapable de le formuler, notamment dans les cas où cette personne est intoxiquée par l’alcool ou la drogue.

Il arrive souvent que des personnes inventent une histoire d’agression à caractère sexuel pour attirer l’attention ou se venger de quelqu’un.

Découvrez la réponse en cliquant ci-dessous

Cette affirmation est un MYTHE

Les fausses accusations sont très rares. On parle d’environ 5% des cas déclarés à la police . Ce mythe est en effet alimenté par des cas d’exceptions. Malheureusement, ce préjugé fortement véhiculé a comme impact de mettre en doute la parole de la victime et donne plus de pouvoir au présumé agresseur.

Cette affirmation est une Réalité

Faux

Les victimes provoquent les agressions à caractère sexuel par leurs comportements et leurs habillements.

Découvrez la réponse en cliquant ci-dessous

Cette affirmation est un MYTHE

Il s’agit d’un des mythes les plus souvent entendus. Que ce soit de faire de l’auto-stop, de sortir tard le soir, de consommer de l’alcool ou des drogues, de s’habiller de manière séduisante, il ne s’agit pas d’une invitation à une agression sexuelle. En tout temps, l’agresseur est le seul responsable de ses gestes.

Cette affirmation est une Réalité

Aucunement

Il est impossible d’agresser sexuellement une personne qui ne consent pas.

Découvrez la réponse en cliquant ci-dessous

Cette affirmation est un MYTHE

Ce mythe entretient l’idée que la personne victime d’agression est responsable, alors que les personnes qui commettent une agression utilisent généralement la violence, les menaces ou les drogues afin de contraindre leur victime.

Cette affirmation est une Réalité

Faux

Les conséquences peuvent être aussi importantes pour les victimes lors de harcèlement sexuel que lors d’une agression à caractère sexuel.

Cette affirmation est un MYTHE

Faux

Cette affirmation est une Réalité

En fait, ce préjugé a pour effet de minimiser les conséquences de certaines formes d’agression. Que l’on parle d’isolement, du sentiment de culpabilité, de la baisse de l’estime de soi, etc. ces conséquences ne sont pas associées au type de geste commis ni à la durée de ceux-ci. Elles varient pour chaque personne.

 

La situation d’agression à caractère sexuel la plus fréquente est la suivante : un inconnu surgit lorsque la personne se retrouve seule dans un endroit isolé la nuit.

Découvrez la réponse en cliquant ci-dessous

Cette affirmation est un MYTHE

Près de 85% des victimes mineures connaissent leur agresseur et lui accordent une certaine confiance. L’agresseur n’est donc pas nécessairement une personne ayant des comportements étranges ou qui a l’air méchant. L’agression peut également se produire à n’importe quel moment de la journée et dans différents contextes.

Cette affirmation est une Réalité
Aucunement

Les agressions sexuelles facilitées par les drogues sont très peu courantes.

Découvrez la réponse en cliquant ci-dessous

Cette affirmation est un MYTHE

Près de 25% des femmes ayant été agressées sexuellement soutiennent que , sans nécessairement avoir été intoxiqué à leur insu, la drogue a joué un rôle dans leur agression.

Cette affirmation est une Réalité
Aucunement

Seules les adolescentes sont victimes d’agressions sexuelles commises avec l’aide des drogues du viol.

Découvrez la réponse en cliquant ci-dessous

Cette affirmation est un MYTHE

Selon les statistiques, les femmes âgées de 16 à 24 ans courent plus de risque d’être agressées sexuellement. Toutefois, n’importe qui peut être victime d’une agression à caractère sexuel facilitée par les drogues, peu importe l’âge, l’orientation sexuelle, le sexe, l’origine, etc.

Cette affirmation est une Réalité
Aucunement

Les agresseurs sont des personnes aux pulsions sexuelles incontrôlables, des gens en situation de précarité financière ou encore atteints de troubles de santé mentale.

Découvrez la réponse en cliquant ci-dessous

Cette affirmation est un MYTHE

Cette croyance populaire représente un des préjugés les plus tenaces.  En réalité, l’agression est un acte de domination. Les agresseurs n’ont pas nécessairement de problème de santé mentale ou de situation précaire, même si certains plaident l’aliénation mentale comme défense.

Cette affirmation est une Réalité
Aucunement