ACTUALITES Énergie Insularité

Le CERMIM dévoile un bilan et des prévisions énergétiques pour l’archipel

Publié par Antonin Valiquette

Îles de la Madeleine

Le Centre de recherche en milieu insulaire et maritime (CERMIM) prévoit que la consommation d’énergie moyenne aux Îles augmentera de 5% d’ici 2026.

Le CERMIM fait toutefois une distinction entre la consommation d’énergie primaire, produite à partir du mazout brûlé à la centrale de Cap-aux-Meules, et celle en énergie finale, qui représente  l’électricité ainsi produite.

Selon l’agente de recherche Marie-Hélène Beaudoin-Gagnon, le taux de perte d’énergie en chaleur dans une centrale se chiffre à 60% alors que la proportion d’énergie perdue par un réseau hydroélectrique n’est que de 7,5%, en plus de ne produire pratiquement aucun gaz à effet de serre :

Le bilan 2011-2017 et les prévisions 2017-2026 du CERMIM attribuent notamment la croissance de la consommation au développement du secteur des pêches et à l’engouement pour les moteurs de bateaux plus puissants.

L’agente de recherche au CERMIM, Marie-Hélène Beaudoin-Gagnon

D’autre part, on constate une diminution de 5% de la consommation d’essence malgré une augmentation de 7% du nombre de véhicules, qui s’explique par la meilleure performance des modèles automobiles récents.

La consommation de diésel, elle, est en hausse de 44% étant donné la conversion à partir du mazout des navires de la CTMA en février 2011, qui est incluse dans le calcul puisque l’approvisionnement en diésel se fait dans l’archipel depuis ce temps :

Les prévisions du CERMIM tiennent compte du raccordement des Îles au réseau intégré d’Hydro-Québec par câble sous-marin, qui diminuerait de 48% les émissions de GES de l’archipel, et de 94% celles de la centrale.

Selon l’étude, 73 mille touristes sur un an équivalent à 220 résidents à l’année en termes de consommation d’énergie

Écoutez CFIM sur votre téléphone intelligent avec l'application ARCQ

   

Ligne éditoriale CFIM

Laisser un commentaire