ACTUALITES Environnement Insularité

L’UQAR revient aux Îles pour continuer le mesurage annuel de l’érosion côtière

Publié par Antonin Valiquette

Iles de la Madeleine

Une équipe de six chercheurs du Laboratoire de dynamique et de gestion intégrée des zones côtières de l’UQAR débarque jeudi aux Îles pour le relevé annuel des 960 bornes qui  mesurent la progression de l’érosion des berges.

Les membres de l’équipe de recherche respecteront les consignes sanitaires et la quarantaine obligatoire pour éviter les risques d’infection à la Covid-19.

Le professionnel de recherche, Christian Fraser, explique que la moyenne générale du recul des côtes aux Îles, qui avait connu un léger ralentissement entre 2017 et l’été 2018, a progressé de 80 centimètres l’année suivante en calculant les impacts des quatre fortes tempêtes de novembre 2018 :

Toutefois, M. Fraser souligne qu’il faut surtout porter attention aux reculs observés dans les endroits plus critiques, plutôt qu’à la moyenne générale pour l’ensemble de l’archipel.

Le professionnel de recherche à l’UQAR, Christian Fraser

Selon les derniers relevés compilés en 2019, des secteurs plus touchés au Nord-Ouest de l’archipel, par exemple celui de Pointe-aux-Loup qui a reculé de 10 mètres.

Travaux du MTQ contre l’érosion à Pointe-aux-Loup

Ces importants reculs sont souvent attribuables à des événements climatiques spécifiques, mais ils s’inscrivent néanmoins dans une moyenne sectorielle préoccupante :

Les données de l’archipel démontrent la plus forte élévation du niveau de la mer dans l’est du pays, avec une progression de quatre millimètres par an.

Si l’impact peut sembler minime, Christian Fraser précise que c’est l’accélération de plus en plus rapide observée au cours des 15 dernières années qui est préoccupante, avec une élévation de deux pieds sur 100 ans.

Écoutez CFIM sur votre téléphone intelligent avec l'application ARCQ

   

Ligne éditoriale CFIM

Laisser un commentaire