ACTUALITES Environnement Municipalité Sécurité publique

Recharge de la Grave: L’heure de vérité est arrivée pour aller de l’avant avec les travaux

Photo: Serge Bourgeois
Publié par Antonin Valiquette

Îles de la Madeleine

La conception des travaux de protection de la Grave contre la submersion côtière étant complétée par les ingénieurs et approuvée par la Sécurité publique, le conseil municipal doit maintenant obtenir l’assentiment des propriétaires fonciers concernés.

Les 22 propriétaires de lots ont eu droit mardi dernier à une ultime séance d’information technique où on précisait qu’un talus de matériaux granulaires s’élèvera à environ un mètre de la hauteur du sol pour redescendre en pente douce sur 25 mètres au large.

Le petit mur surélevé ne s’approchera pas à moins de 2,7 mètres des bâtiment, sans toutefois considérer les terrasses.

Photo: quebecoriginal.com

L’aménagiste municipal, Serge Bourgeois, souligne que le projet qui est considéré urgent dispose d’un décret de soustraction au ministère de l’Environnement afin d’en accélérer la mise en oeuvre et que des opérations de nivellement ou de surélévation de bâtiments pourront être considérées ultérieurement :

Il souligne que seulement sept projets de protection des berges ont été sélectionnés au Québec pour épuiser l’enveloppe gouvernementale de 45 millions de dollars sur cinq ans, et que deux d’entre eux se trouvent aux Îles.

Les travaux de la Grave devraient se conclure d’ici décembre 2021 :

Si la recharge s’élève à un mètre du niveau du sol, elle représente une élévation de trois mètres par rapport au niveau de l’eau.

Toutefois, les études mentionnent qu’en cas de violentes tempêtes, la taille des vagues et l’augmentation du niveau de la mer, estimée à 40 centimètres au cours des prochaines décennies, amèneraient des élévations allant jusqu’à presque 4 mètres, ce qui amènerait alors un franchissement des eaux par-dessus la crête de la recharge.

Submersion à la Grave durant les fortes tempêtes.
Photo: Léonard Chevrier

Serge Bourgeois mentionne que l’ouvrage diminuerait toutefois la force d’impact de la mer sur les bâtiments et que la porosité des matériaux permettrait l’écoulement des eaux sans causer de rétention importante sur la route 199 :

Bien que lors de l’ouragan Dorian, à l’automne 2019, la submersion des infrastructures est venue du côté sud de la Grave, Serge Bourgeois souligne que l’urgence d’agir se trouve bel et bien du côté de la Baie de Plaisance et qu’il faudra réagir de l’autre côté une fois que la protection sera assurée au nord.

Le directeur à l’aménagement du territoire et à l’urbanisme de la Municipalité des Îles, Serge Bourgeois

Le projet de recharge, qui élèvera donc le sol de la plage à un peu plus d’un mètre au-dessus de la hauteur du mur d’enrochement de Transport Québec situé derrière l’Atelier côtier, dispose d’une enveloppe globale de 5,4 millions de dollars, dont 4,5 millions proviennent de l’enveloppe du ministère de la Sécurité publique.

Ce seront 35 mille mètres cubes de matériaux granulaires importés, d’un diamètre approximatif de 15 millimètres, qui seront transportés sur le site historique.

On étudiera à l’étape des plans et devis, à la fin de l’été, si les matériaux pourront être transportés sur les lieux directement par barges afin de limiter les livraisons par camions lourds.

Écoutez CFIM sur votre téléphone intelligent avec l'application ARCQ

   

Ligne éditoriale CFIM

Laisser un commentaire