ACTUALITES Divers Insularité

Un pilier du développement social et communautaire des Îles, Arthur Miousse, s’éteint à 74 ans

Crédit photo: Meggy Turbide
Publié par Antonin Valiquette

Îles de la Madeleine

Les Madelinots perdent un ténor de leur histoire récente avec le décès de l’organisateur communautaire Arthur Miousse, en fin de semaine dernière.

Très impliqué à titre professionnel et personnel dans une multitude d’initiatives de développement social, culturelles, et socio-économiques, il a agi comme modérateur, comme président ou comme maître de cérémonie pour un nombre incalculable d’audiences, de forums ou d’assemblées.

L’ancien député et directeur retraité du CLSC des Îles, où Arthur Miousse a travaillé durant plus de 30 ans, Germain Chevarie, se rappelle de lui comme un exemple de dévouement pour son milieu :

Sa collègue de longue date à l’organisation communautaire du CLSC des Îles, Hélène Chevrier, souligne elle aussi l’implication inestimable de M. Miousse dans la création de nombreux organismes et associations qui jouent un grand rôle, encore aujourd’hui, dans le portrait socio-économique de l’archipel.

Elle mentionne notamment le Carrefour jeunesse emploi ainsi que l’Association des chasseurs de phoques, sans oublier le travail que M. Miousse a accompli sur la scène régionale pour y faire rayonner le milieu :

De son côté, l’artiste Georges Langford relate l’ouverture de la boite à chanson La Gabarre, à Havre-aux-Maisons, et la création de la radio communautaire en 1981, en compagnie d’Arthur Miousse, qui était aussi actif sur la scène culturelle des Îles :

Le directeur de la Corporation de services à domicile L’Essentiel, Roméo Deraspe, lui, a côtoyé M. Miousse dès l’adolescence, pour ensuite le retrouver à la création du CLSC des Îles à la fin des années 70 :

Arthur Miousse s’est éteint à l’âge de 74 ans samedi des suites d’un cancer.

Il laisse dans le deuil son épouse Nicole, sa fille Marie-Josée, ses deux petits-enfants, de nombreux amis et une communauté reconnaissante.

Écoutez CFIM sur votre téléphone intelligent avec l'application ARCQ

   

Ligne éditoriale CFIM

Laisser un commentaire

1 commentaire

  • À Nicole, Marie-Josée, Donald et à toute la famille, j’offre mes plus cordiales sympathies.
    J’ai été très secoué d’apprendre le décès de mon camarade et ami Arthur.
    Au cours des quarante dernières années, comme animateur communautaire, j’ai souvent eu le privilège d’œuvrer sur les mêmes chantiers que lui, avec d’autres partenaires – femmes et hommes – de la trempe des défricheurs, créateurs, innovateurs, avant-gardistes ; idéalistes, visionnaires, mais aussi pragmatiques dans l’accomplissement de projets communautaires et environnementaux.
    Au-delà de son énergie, Arthur s’est démarqué tant qu’il a pu le faire dans le travail d’équipe (bénévole comme professionnel) par son leadership, sa compétence et la rigueur de sa démarche.
    Respecté par tous et chacun, il a fait sa marque dans notre milieu et a contribué plus que tout autre, sans relâche et de diverses façons, au développement socioéconomique de la collectivité.
    Étant son aîné de quelques années, je me sens brusquement interpellé et trouve que s’éteindre dans la force de l’âge, comme il l’a fait, représente une lourde perte non seulement pour ses proches, mais pour l’ensemble de la communauté insulaire.
    En plus du plaisir de l’avoir côtoyé, au cours de toutes ces années, je garde un souvenir indéfectible de nos valeurs communes, de nos gestes et de nos réalisations solidaires.
    Salut mon ami Arthur.
    Un vieux compagnon de route,
    Raymond Gauthier

    Ma compagne Annie se joint à moi pour offrir ses sincères condoléances.