ACTUALITES Emploi Insularité

Travail saisonnier et chômage ne font pas bon ménage

Publié par Raphaël Lapierre

Îles de la Madeleine

Des travailleurs saisonniers ayant droit à l’assurance-emploi pourraient avoir de mauvaises surprises après le 24 septembre prochain.

À cette date, le gouvernement fédéral reviendra au fonctionnement régulier pour ce qui est des prestations de chômage, un peu plus de deux ans après avoir assoupli les règles pour répondre au contexte sanitaire ayant engendré nombre de fermetures temporaires.

En vertu du taux de chômage actuel, 490 heures de travail permettront d’obtenir 23 semaines de prestations, laissant des travailleurs face à un trou noir, selon la coordonnatrice du Mouvement Action Chômage Pabok, Nadia Mongeon.

Elle déplore d’ailleurs que la vision du gouvernement dans le cadre de sa réforme de l’assurance-emploi se fasse toujours attendre.

Dans un contexte d’industries saisonnières et de pénurie de main-d’oeuvre, Mme Mongeon milite avec son organisation afin de permettre aux travailleurs d’obtenir des prestations tout en touchant un certain salaire, comme c’était le cas avant la réforme menée par le gouvernement Harper.

Dans le même ordre d’idées, elle considère le modèle actuel comme punitif en cas de départ volontaire, engendrant des enjeux pour les personnes qui aimeraient travailler hors saison, mais retrouver leur emploi pendant l’été.

Le taux de chômage régional est présentement évalué à 11,3%.


Pour réécouter le segment à l’émission Les preuves des faits :

Consultez nos archives


Écoutez CFIM sur votre téléphone intelligent avec l'application ARCQ

   

Ligne éditoriale CFIM

Laisser un commentaire