Dernières nouvelles

ACTUALITES Covid-19

Trois cas de transmission communautaire en Haute-Gaspésie

Dans son bilan quotidien, la direction régionale de santé publique recense trois nouveaux cas de COVID-19 en Haute-Gaspésie issus de la transmission communautaire.

Les enquêtes épidémiologiques sont en cours afin de retracer les contacts des personnes ayant contracté le virus.

On dénombre présentement sept cas actifs dans la région Gaspésie-Iles-de-la-Madeleine, pour un total de 200 cas confirmés depuis le début de la pandémie, qui a causé neuf décès.

La santé publique rappelle par ailleurs qu’il est essentiel, pour freiner la propagation, de maintenir assidument les mesures sanitaires telles que la distanciation physique, le lavage des mains et le dépistage volontaire.

En présence de symptômes qui s’apparentent à la COVID-19, il est aussi demandé de ne pas se déplacer, souligne l’organisation.

Au Québec, où l’on confirme deux décès supplémentaires, 169 cas s’ajoutent au bilan, qui se chiffre maintenant à 58 mille 897 personnes atteintes et 5 mille 670 décès.

ACTUALITES Covid-19

COVID-19 : Consultation provinciale sur une application de traçage de contacts

Avec la collaboration de Richard O’Leary, journaliste à Radio-Gaspésie.

Le gouvernement du Québec invite les citoyens à s’exprimer sur l’utilisation d’une application mobile pour lutter contre la pandémie de la COVID-19.

Le ministre délégué à la Transformation numérique, Éric Caire, souligne que la consultation publique, lancée le 8 juillet sur la plateforme quebec.ca, a pour objectif de savoir si la population est ouverte à utiliser l’application avant d’aller de l’avant avec le projet.

Il affirme que cette technologie viendrait améliorer la recherche de personnes qui auraient été potentiellement exposées au virus et qui sont jusqu’à maintenant rejointe par la santé publique.

Le ministre explique que l’application mobile permettrait, grâce à un système numérique, d’aviser les personnes qui auraient été en contact avec une autre déclarée positive.

Il serait ensuite possible de prendre des mesures pour éviter la propagation du virus, comme aller faire un test de dépistage.

L’application, qui fonctionnerai sans géolocalisation ni recours à la reconnaissance faciale, ne pourrait pas identifier les personnes qui sont dans les listes.

Le ministre, Éric Caire, affirme que cette dernière fonctionnait avec la technologie Bluetooth et qu’ainsi aucun renseignement personnel ne serait collecté.

ACTUALITES Énergie

Énergies renouvelables : plus de trois millions de dollars pour Nergica

Le centre de recherche Nergica obtient une subvention de 3 millions 350 mille dollars de la part de Développement économique Canada pour ses travaux de recherche, d’innovation et de transfert technologique.

L’organisation rattachée au Cégep de la Gaspésie et des Iles qui œuvre dans le développement des énergies renouvelables reçoit ainsi un financement à la mission de trois millions de dollars sur trois ans.

L’autre part de l’enveloppe est dédiée à la consolidation de la filière solaire.

Le directeur général de Nergica, Frédéric Côté, explique que le potentiel énergétique du Québec est énorme en raison des conditions de vent et d’exposition au soleil, sans oublier l’hydro-électricité.

Ce dernier ajoute qu’Hydro-Québec prévoit augmenter sa capacité de production au cours des prochaines années après avoir démarché dans la dernière décennie pour écouler ses surplus, ce qui devrait augmenter la demande pour les sources renouvelables.

Par ailleurs, Nergica suit de très près l’évolution du raccordement des Iles-de-la-Madeleine au réseau de la société d’État.

Monsieur Côté souligne qu’en raison de surcouts, la Régie de l’énergie a récemment demandé à ce qu’on réévalue toutes les options possibles si bien que Nergica attend les résultats, prévus pour septembre.

Par ses travaux de recherche et son parc d’expérimentation, Nergica travaille en collaboration avec les acteurs publics et les entreprises privées pour innover en matière d’énergie renouvelable.

ACTUALITES Covid-19

COVID-19 : Quatre cas actifs, dont un nouveau, en GÎM

Au retour de la fin de semaine, on recense un nouveau cas de COVID-19 dans la région Gaspésie-Iles-de-la-Madeleine, ce qui porte le bilan à 197.

Ainsi, on dénombre quatre cas actifs sur le territoire, où l’on compte aussi 184 guérisons et neuf décès.

La direction régionale de santé publique mène présentement l’enquête épidémiologique autour du plus récent cas, répertorié en Haute-Gaspésie.

Au Québec, 145 nouvelles personnes ont été testées positives au coronavirus, pour un total de 58 mille 728 personnes infectées et 5 mille 667 décès depuis le début du mois de mars.

Un peu plus de 2000 cas sont présentement actifs dans la province.

ACTUALITES Covid-19 Culture Santé

Rassemblements publics limités à 250 personnes: Quelques places de plus pour certains spectacles d’été

L’annonce du gouvernement Québécois, jeudi, de faire passer de 50 à 250 personnes la limite de personnes permises dans les rassemblements publics, intérieurs et extérieurs, est bien accueillie par le Vieux Treuil.

Le directeur artistique du diffuseur local, Émile Déraspe, qui dévoilait sa programmation des mois d’août et septembre la même journée que l’annonce, souligne qu’avec la consigne de distanciation physique maintenue, on conservera la limite d’assistance à 50 personnes pour les spectacles en salle.

Stéphane Lapierre de la salle de spectacles des Pas perdus et Émile Déraspe directeur du Vieux Treuil

Il ajoute toutefois que des ajouts de places pourraient survenir pour les spectacles extérieurs :

À noter que les rassemblements extérieurs sur des terrains, ou à l’intérieur de résidences privées, sont toujours limités à 10 personnes et que le gouvernement demande que les participants ne proviennent pas de plus de trois ménages ou adresses différentes.

La permission de rassemblements publics à 250 personnes est effective à partir du 3 août.

ACTUALITES Jeunes Santé

Augmentation des naissances aux Îles et de l’indice de fécondité dans la région en 2019

Selon la plus récente étude sociodémographique de l’Institut de la Statistique du Québec, le nombre de naissances au Québec en 2019 serait légèrement en hausse pour une première fois en sept ans.

Le phénomène se traduit également aux Îles, puisque l’institut compile 106 naissances madeliniennes l’an dernier contre 91 en 2018.

La démographe qui a signé l’étude de l’ISQ, Nathalie Deschênes, souligne que la compilation tient compte des naissances qui ont eu lieu à l’extérieur de l’archipel :

Un autre volet de l’étude révèle que seule la région Gaspésie-les Îles enregistre un indice synthétique de fécondité supérieur à ses derniers résultats quinquennaux, avec un taux de 1,77 enfants par femme.

Cet indicateur permet, par un exercice d’extrapolation, d’évaluer le nombre annuel moyen d’enfants qu’auraient un groupe de femmes tout au long de leur vie féconde :

L’étude démontre ainsi que ce n’est pas la croissance du nombre de femmes aux âges féconds qui explique l’augmentation de 60 naissances en Gaspésie et aux Îles, mais plutôt l’âge moyen de maternité plus jeune, établi à 29 ans dans la région comparativement à 31 ans pour le Québec.

La fécondité est la plus élevée chez les Québécoises de 30 à 34 ans qui affichent un taux stable depuis 2013, alors qu’on observe sur la même période une diminution régulière dans le groupe d’âges des 25 à 29 ans.

Selon le rapport, ce résultat est attribuable à l’allongement des études et à la place des femmes sur le marché du travail.

ACTUALITES Environnement Municipalité Sécurité publique

Recharge de la Grave: L’heure de vérité est arrivée pour aller de l’avant avec les travaux

La conception des travaux de protection de la Grave contre la submersion côtière étant complétée par les ingénieurs et approuvée par la Sécurité publique, le conseil municipal doit maintenant obtenir l’assentiment des propriétaires fonciers concernés.

Les 22 propriétaires de lots ont eu droit mardi dernier à une ultime séance d’information technique où on précisait qu’un talus de matériaux granulaires s’élèvera à environ un mètre de la hauteur du sol pour redescendre en pente douce sur 25 mètres au large.

Le petit mur surélevé ne s’approchera pas à moins de 2,7 mètres des bâtiment, sans toutefois considérer les terrasses.

Photo: quebecoriginal.com

L’aménagiste municipal, Serge Bourgeois, souligne que le projet qui est considéré urgent dispose d’un décret de soustraction au ministère de l’Environnement afin d’en accélérer la mise en oeuvre et que des opérations de nivellement ou de surélévation de bâtiments pourront être considérées ultérieurement :

Il souligne que seulement sept projets de protection des berges ont été sélectionnés au Québec pour épuiser l’enveloppe gouvernementale de 45 millions de dollars sur cinq ans, et que deux d’entre eux se trouvent aux Îles.

Les travaux de la Grave devraient se conclure d’ici décembre 2021 :

Si la recharge s’élève à un mètre du niveau du sol, elle représente une élévation de trois mètres par rapport au niveau de l’eau.

Toutefois, les études mentionnent qu’en cas de violentes tempêtes, la taille des vagues et l’augmentation du niveau de la mer, estimée à 40 centimètres au cours des prochaines décennies, amèneraient des élévations allant jusqu’à presque 4 mètres, ce qui amènerait alors un franchissement des eaux par-dessus la crête de la recharge.

Submersion à la Grave durant les fortes tempêtes.
Photo: Léonard Chevrier

Serge Bourgeois mentionne que l’ouvrage diminuerait toutefois la force d’impact de la mer sur les bâtiments et que la porosité des matériaux permettrait l’écoulement des eaux sans causer de rétention importante sur la route 199 :

Bien que lors de l’ouragan Dorian, à l’automne 2019, la submersion des infrastructures est venue du côté sud de la Grave, Serge Bourgeois souligne que l’urgence d’agir se trouve bel et bien du côté de la Baie de Plaisance et qu’il faudra réagir de l’autre côté une fois que la protection sera assurée au nord.

Le directeur à l’aménagement du territoire et à l’urbanisme de la Municipalité des Îles, Serge Bourgeois

Le projet de recharge, qui élèvera donc le sol de la plage à un peu plus d’un mètre au-dessus de la hauteur du mur d’enrochement de Transport Québec situé derrière l’Atelier côtier, dispose d’une enveloppe globale de 5,4 millions de dollars, dont 4,5 millions proviennent de l’enveloppe du ministère de la Sécurité publique.

Ce seront 35 mille mètres cubes de matériaux granulaires importés, d’un diamètre approximatif de 15 millimètres, qui seront transportés sur le site historique.

On étudiera à l’étape des plans et devis, à la fin de l’été, si les matériaux pourront être transportés sur les lieux directement par barges afin de limiter les livraisons par camions lourds.

ACTUALITES Covid-19 Transport

L’inclusion des Îles dans la bulle de circulation atlantique n’est pas pour tout de suite selon Blaine Higgs

En point de presse la semaine dernière, le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, affirmait que l’inclusion des Îles dans une microbulle de circulation atlantique ne faisait pas encore partie des discussions.

Le député provincial des Îles, Joël Arseneau, avait interpellé mardi les dirigeants des quatre provinces maritimes qui constituent la bulle atlantique où  la circulation interprovinciale est permise pour leurs citoyens respectifs sans imposition systématique de quarantaine de 14 jours.

Le bureau du député des Îles, Joël Arseneau, a demandé l’inclusion des Îles dans la bulle de circulation atlantique

Selon le premier ministre Higgs, l’intention de permettre la circulation dans sa province aux résidents de deux MRC du Bas-St-Laurent et de la Gaspésie provient surtout des demandes formulées par les populations des premières nations du secteur, et se limiterait à des voyages d’une journée :

Questionné à savoir s’il se préoccupait d’améliorer les conditions d’accès spécifiques aux Îles-de-la-Madeleine, M. Higgs se dit ouvert à condition d’avoir l’accord du gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard et la certitude que l’élargissement des consignes n’amènerait pas d’éclosion de Covid-19:

La demande du député Joël Arseneau reposait sur la similarité des profils épidémiologiques des Îles et des autres provinces de l’Atlantique, alors que la permission de circuler qui pourrait être accordée aux MRC d’Avignon et de Témiscouata, n’engagerait que le Nouveau-Brunswick.

ACTUALITES Covid-19

COVID-19 : Bilan stable en Gaspésie et aux Iles

Le bilan de la situation de la COVID-19 demeure stable en Gaspésie et aux Iles avec 196 cas confirmés, dont trois qui sont présentement actifs.

Ceux-ci sont tous répertoriés en Gaspésie et sont survenus au cours de la dernière semaine.

Par ailleurs, la direction régionale de santé publique mentionne que ce sont 9 mille 969 tests de dépistage qui ont été réalisés sur le territoire entre le début de la pandémie et le 21 juillet.

Il est à noter qu’aucune personne originaire de la région n’est actuellement hospitalisée.

Au Québec, on dénombre aujourd’hui 163 cas supplémentaires ainsi qu’un nouveau décès, alors que 58 mille 243 personnes ont maintenant été testées positives au coronavirus, qui a causé 5 mille 663 morts.

ACTUALITES Santé

Départ à la retraite pour Johanne Cantin après 40 ans dans le réseau

Après une carrière de 40 ans au sein du réseau de la santé, dont près d’une trentaine au CISSS des Iles, la directrice des soins infirmiers, Johanne Cantin, effectuait son dernier quart de travail ce vendredi.

Originaire de Pont-Rouge et détenant une formation en santé et en éducation, elle a débuté sa carrière comme infirmière, avant de devenir gestionnaire de l’unité de soins de longue durée en 1991 puis directrice des soins infirmiers au tournant des années 2000.

Si elle affirme qu’il lui faudra un certain temps pour prendre un recul par rapports aux différentes réalisations de ses mandats comme gestionnaire, elle cite la mise sur pied du CISSS comme un moment phare et souligne l’importance du travail collectif au sein de l’institution.

De son côté, la présidente-directrice générale du CISSS, Jasmine Martineau, soutient que la présence de madame Cantin, qui a vécu plusieurs réformes du réseau et qui agissait comme la mémoire de l’organisation, était un élément précieux lors de son arrivée en 2018.

C’est toutefois son rôle dans la reconnaissance de l’importance de maintenir des services en région, qui a marqué la carrière de madame Cantin.

Bien qu’elle ne se projette pas trop loin dans l’avenir, après avoir dû revoir ses plans de retraite en raison de la pandémie, Johanne Cantin ne ferme pas la porte à occuper certains mandats au sein du CISSS dans le futur.

La personne qui prendra sa place est déjà choisie mais son identité sera révélée lors de son entrée en poste cet automne.

ACTUALITES Covid-19 Transport

Travaux d’asphaltage: Le MTQ garde le cap

La pandémie de Covid-19 n’affecte jusqu’ici que légèrement la programmation des travaux d’asphaltage du ministère québécois des Transports prévus cet été aux Îles.

Selon responsable des communications Claire Pouliot, le MTQ espère toujours compléter le pavage d’une dizaine de kilomètres répartis sur son réseau répartis dans les secteurs de Pointe-aux-Loups, de la Martinique, du chemin de l’aéroport et le chemin Les Caps à Fatima.

Les équipes du MTQ sont actuellement en phase préparatoire et prévoient étendre leurs activités d’asphaltage sur les mois d’août et septembre, en ayant recours à des entrepreneurs et à des sous-contractants.

On verra à l’usage si les mesures sanitaires de la Santé publique, notamment la désinfection systématiques des camions et des équipements, occasionneront des retards sur le calendrier.

D’autre part, le ministère mentionne qu’on est toujours à la recherche d’un chef de secteur pour le point de service des Îles depuis le départ de Rosaire-Gil Arseneau en janvier dernier.

L’intérim est depuis assuré par le chef des opérations Jean-Louis Cormier.

ACTUALITES Communication

Bell double la vitesse de téléchargement internet dans les régions rurales, mais il faudra patienter aux Îles

Bell Canada annonce l’élargissement de la vitesse offerte aux abonnés de son réseau internet dans le Canada atlantique grâce à sa technologie sans fil, et ce, dès cet automne.

Toutefois, la gestionnaire principale des relations médias Caroline Audet, précise que le territoire des Îles, desservi par la filiale Télébec de Bell, ne figure pas encore sur le plan de déploiement actuel.

Le nouveau service sera d’abord offert à 300 mille premiers foyers répartis dans 325 communautés rurales de l’Ontario, du Québec, du Nouveau-Brunswick, de l’Île-du-Prince-Édouard de Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve.

Selon le communiqué de presse, les abonnés des communautés éloignées devraient avoir accès à des vitesses de téléchargement de 50 mégabits par secondes, et de 10 mégabits en téléversement, grâce à la portée du réseau sans fil qui sera compatible avec les futurs services 5G.

ACTUALITES Divers Économie

Plus d’un million de dollars en ristournes à la caisse des Ramées

Les 13 mille 425 membres de la Caisse populaire Desjardins des Ramées se prononceront à propos de la distribution des sommes excédentaires de l’année 2019, versées sous forme de ristournes, qui se chiffrent à 1 millions 79 mille dollars.

La proposition qui sera présentée aux membres le 8 septembre prévoit 780 mille dollars en ristournes individuelles, et 300 mille dollars pour le Fonds d’aide au développement du milieu, détaille le directeur général de la caisse des Ramées, Lucien Presseault.

En raison des mesures sanitaires en lien avec la pandémie de COVID-19, l’assemblée générale, normalement tenue en avril, se fera sous forme virtuelle.

Il sera ensuite possible pour les membres de voter via le site internet de la caisse et par téléphone pendant une période de sept jours, poursuit monsieur Presseault.

En 2019, ce sont plus de 615 milles dollars qui ont été redistribués dans la communauté en dons et commandites ainsi que via le Fonds d’aide au développement du milieu.

Par ailleurs, le volume d’affaire de la caisse des Ramées dépasse maintenant le milliard de dollars.

ACTUALITES Chasse aux phoques Environnement

Dossier Brion: Attention FragÎles dévoile ses conclusions sur les habitats d’espèces menacées

En 2018, le Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE) recommandait au gouvernement d’approfondir ses connaissances sur l’écosystème de la réserve de l’Île Brion avant d’y autoriser la chasse aux phoques gris.

Parmi les quatre études commandées par le ministère de l’Environnement, celle d’Attention FragÎles sur l’évaluation de l’habitat désigné du Pluvier siffleur et celui du grèbe esclavon sur l’Île a été déposée en mars.

Aires d’études sur l’Île Brion par Attention FragÎles

Le pluvier siffleur est une espèce menacée
Photo: Alain Richard

Selon la directrice de l’organisme, Marie-Ève Giroux, l’étude révèle que l’absence de points d’eau et de galets sur des plages étroites permettraient en soi d’expliquer l’absence de pluviers à Brion où on a observé une nidification sur seulement trois des 30 dernières années :

Toutefois, Mme Giroux note que des traces d’occupation des plages par les phoques gris ont été observées sur une proportion significative des habitats potentiels, sur deux jours d’analyses terrain en septembre et en octobre.

Plage des Sillons sur Brion
Photo: Attention FragÎles

La plage de la Martinique rassemble les conditions idéales à la nidification du pluvier siffleur
Photo: Attention FragÎles

Elle en déduit que même si on ne peut conclure que la présence de la colonie de phoques explique totalement la désertion de Brion par les pluviers, elle constitue néanmoins un élément perturbateur pour l’espèce en péril :

L’étude d’Attention FragÎles ne relève aucune perturbation du phoque gris pour le grèbe esclavon qui niche dans des étangs en retrait des plages.

Un étang où niche le grèbe esclavon
Photo: Attention FragÎles

Le grèbe esclavon est une espèce menacée
Photo: Alain Richard

En plus du rapport d’Attention FragÎles, un inventaire botanique a aussi permis de constater l’occurrence d’une plante rare l’an dernier, l’ophioglosse nain.

Deux autres études menées respectivement par l’Université du Québec à Rimouski sur la variation du littoral et la morphologie des plages et l’autre de l’Université Laval, spécifiquement sur les interactions du phoque avec les écosystèmes dunaires, sont également attendues.

Phoques gris sur les plages de Brion
Photo: Marie-Ève Giroux

Parallèlement, deux comités de gestion et un comité directeur composés d’experts et d’élus locaux, travaillent sur les volets de la réhabilitation des infrastructures et de la reprise du programme éducatif de la réserve écologique.

ACTUALITES Politique Transport

Dossiers des transports: Le maire Lapierre souhaite s’entretenir avec le ministre Marc Garneau

Le maire des Îles entend remettre à jour plusieurs dossiers de transports locaux auprès de Transports Canada en sollicitant une rencontre avec le ministre Marc Garneau.

Tout d’abord il compte demander au ministre de prendre une part plus active auprès d’Air Canada qui suspend plusieurs dessertes régionales, dont celle des Îles à partir du huit septembre et du 31 mai prochain, afin de ramener sur la table l’option du maintien de la présence du transporteur :

Le maire souhaite aussi que le ministre Garneau change d’idée dans le dossier historique d’allongement de la piste d’atterrissage de Havre-aux-Maisons, alors que le ministre affirmait en 2016 que l’infrastructure de quatre mille 500 pieds était adéquate pour les besoins de l’archipel.

Selon M. Lapierre, même si la piste peut techniquement accueillir des avions de 78 passagers comme des Q400, la capacité de passagers et de cargo de ces appareils est sérieusement limitée par le poids, sans compter le manque de marge de manœuvre pour les évacuations d’urgences médicales :

Le maire compte aussi sur Transports Canada pour superviser la mise à jour du plan directeur du port de Cap-aux-Meules, qui date de 2004, afin de coordonner des investissements voués à l’agrandissement et au réaménagement des infrastructures appartenant aux différents utilisateurs.

ACTUALITES Sécurité publique

Le service de sécurité incendie intervient auprès de baigneurs en difficulté

Le service de sécurité incendie a réalisé une intervention en mer, mardi, auprès de baigneurs qui se retrouvaient en difficulté, aux pieds des caps près de l’Anse au baleinier, dans le secteur de Fatima.

Une alerte a été lancée autour de 14h15 et a nécessité la participation d’une douzaine de pompiers-volontaires, ainsi que le support de la Garde-Côtière.

Le chef du service, Joel Sauvé, explique que l’embarcation de sauvetage a été soulevée par une vague, provoquant la chute des trois pompiers qui se trouvaient à l’intérieur.

L’opération s’est finalement déroulée en rappel à partir de la falaise.

Les deux personnes en détresse étaient conscientes au moment du sauvetage et ne présentaient pas de marques de blessure, mais elles ont toutefois été transportées au centre hospitalier par mesure préventive.

Les conditions de vents, changeantes en après-midi, seraient à l’origine de l’incident.

Le chef-pompier, Joel Sauvé, rappelle qu’à tout moment, une variation dans les courants peut engendrer une situation risquée et qu’il est essentiel d’agir avec prudence et discernement lors des activités de baignade.

Chaque année, le service de sécurité incendie intervient auprès de baigneurs et de plaisanciers qui se retrouvent en difficulté.

ACTUALITES Environnement

Le ministère de l’Environnement reprend ses travaux d’acquisition de connaissances sur l’Île Brion

Le ministère québécois de l’Environnement et de la Lutte aux Changements Climatiques reprend ses travaux d’acquisition de connaissances sur l’Île Brion, qui avaient été amorcés l’été dernier.

L’initiative supervisée par deux comités de gestion et un comité directeur, qui regroupent notamment des élus et des intervenants locaux, vise la réhabilitation des infrastructures de l’Île ainsi que de son programme éducatif en disposant d’une enveloppe budgétaire de 500 mille dollars.

Seulement quelques centaines de phoques gris ont été observés durant la visite de vendredi dernier.
Photo: MELCC

Le chargé de projet à la direction des Aires protégées du ministère, Michel Bergeron, était sur Brion vendredi dernier avec des représentants de la CTMA et du Centre de gestion des matières résiduelles pour préparer un plan de disposition des débris qui sera présenté prochainement aux comités:

M. Bergeron précise que les visites préparatoires en hélicoptère font partie de l’étape de démantèlement du projet, qui est financée à partir d’un budget indépendant de l’enveloppe spécifique consentie.

Jusqu’ici, un premier rapport d’évaluation de la qualité des habitats du pluvier siffleur et du grèbe esclavon a été remis en mars par Attention FragÎles.

De plus, des discussions autour d’un projet d’infrastructure d’amarrage sont actuellement en cours au sein du comité directeur.

D’autre part, le biologiste s’attend à ce que deux autres études sur la morphologie des plages et sur l’interaction des phoques gris avec l’écosystème dunaire, s’étalent sur quelques années :

Des étudiants universitaires à la maîtrise et au doctorat se rendront à leur tour sur Brion sous peu dans le cadre de ces deux projets d’acquisition de connaissances.

Le phare de l’Île Brion
Photo: MELCC

Michel Bergeron précise d’ailleurs que des réserves d’eau potable ont été laissées sur les lieux à leur attention.

ACTUALITES Covid-19 Politique Transport

Le député Arseneau demande l’inclusion des Madelinots dans la bulle de circulation des provinces atlantiques

Le député des Îles à l’Assemblée nationale, Joël Arseneau, a écrit hier aux premiers ministres respectifs des quatre provinces maritimes voisines afin d’inclure l’archipel dans la bulle de circulation Atlantique.

Le député provincial des Îles, Joël Arseneau

La missive adressée aux élus du Nouveau-Brunswick, de l’Île-du-Prince-Édouard, de Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve affirme que l’archipel possède sensiblement le même profil épidémiologique que ces provinces qui s’apprêteraient à ouvrir leurs frontières aux MRC québécoises de Témiscouata au Bas-St-Laurent et d’Avignon en Gaspésie.

Selon M. Arseneau, une permission de circuler sans obligation d’isolement serait un premier pas significatif vers l’accès sécuritaire des Madelinots au Québec continental, en plus d’une occasion d’aplanir des difficultés d’échanges socio-économiques ou de déménagements d’étudiants :

Le député a également envoyé une copie de sa lettre au cabinet du Premier ministre Legault.

Il souligne qu’il a toutefois décidé de s’adresser directement aux provinces voisines devant les résultats mitigés que ses interventions préalables ont obtenus auprès de l’appareil québécois dans le dossier de l’accès aux Îles :

À savoir si la demande d’inclusion des Îles dans la bulle atlantique pourrait essuyer un refus étant donné qu’elle pourrait permettre à des visiteurs québécois  des grands centres de circuler dans les maritimes, Joël Arseneau rappelle que les formulaires d’autodéclaration exigent une preuve d’adresse permanente

ACTUALITES Covid-19 Transport

Des visiteurs incommodés par une série de problèmes mécaniques sur un vol d’Air Canada

Les passagers du vol AC8738 d’Air Canada, reliant Montréal aux Iles-de-la-Madeleine, ont dû changer d’appareils à trois reprises, occasionnant un retard de plusieurs heures, dimanche dernier.

Le vol initialement prévu pour 13h15 a d’abord été reporté d’une quinzaine de minutes en raison de l’arrivée tardive des membres de l’équipage, confirme la chef de service aux communications chez Jazz Aviation, Manon Stuart.

Après avoir passé environ 45 minutes à l’intérieur de l’appareil, les passagers ont été redirigés vers un autre avion à la suite d’un bris mécanique en lien avec la porte cargo.

Une fois l’embarquement complété pour une seconde fois, un autre bris mécanique a forcé l’avion, immobilisé pendant une heure sur le tarmac, à rebrousser chemin, nécessitant un troisième appareil, mais qui comportait moins de siège que les Q-400 qui assurent normalement la desserte.

Un passager du vol, qui préfère garder l’anonymat, témoigne qu’environ 25 personnes ont été avisées qu’elles ne pourraient se rendre aux Iles, alors qu’Air Canada aurait fourni un coupon d’une valeur de 10 dollars aux autres passagers pour se nourrir en attente du troisième appareil.

Toujours selon cette personne, les conditions météos qui prévalaient à Montréal dimanche, autour de 40 degrés Celsius ressenti, combinés aux nombreux déplacements et aux longues périodes d’attente dans des espaces exigües, ont constitué un risque pour la sécurité des passagers, particulièrement en contexte de pandémie.

L’avion a finalement pu procéder à l’atterrissage sur la piste d’Havre-aux-Maisons autour de minuit, soit environ 8 heures plus tard qu’à l’habitude.

Contacté par courriel, le transporteur confirme que la journée de dimanche était un défi opérationnel ayant causé des inconvénients aux passagers.

Air Canada a finalement transmis à chaque passager via courriel une lettre d’excuses, mercredi, assorti d’un bon échangeable d’une valeur de 200 dollars.

ACTUALITES Environnement Insularité

Retour sur une année pivot au CERMIM

Le Centre de recherche sur les milieux insulaires et maritimes dresse un bilan positif de sa dernière année d’activités, considérée comme pivot pour la recherche appliquée aux Îles.

Son directeur associé, Marc-Olivier Massé, explique que l’organisme est prêt plus que jamais à passer à une autre étape de son développement :

Il ajoute que les projets sur lesquels ont œuvré l’équipe du CERMIM en 2019-2020 ont générés des retombées concrètes pour le milieu.

Il cite en exemple les quelques 992 tonnes de matières résiduelles qui ont été valorisées et détournées du Centre de gestion municipal :

Ces retombées directes des activités du CERMIM sont d’ailleurs estimées, cette année, à près d’un million de dollars pour la communauté madelinienne.

Marc-Olivier Massé se réjouit aussi de constater l’intérêt grandissant que suscite l’organisme, auprès de leurs partenaires, mais aussi au sein du milieu entrepreneurial, notamment.

Alors que le CERMIM se prépare à l’ouverture prochaine de son Lab-Usine, près du Centre de gestion des matières résiduelles à Havre-aux-Maisons, Marc-Olivier Massé souligne qu’on a aussi procédé récemment à l’achat de divers équipements, qui seront d’une aide précieuse dans la lutte contre l’érosion côtière.

ACTUALITES Covid-19

COVID-19 : Un troisième nouveau cas en deux jours dans la région

Un nouveau cas de COVID-19 est recensé dans la région Gaspésie-Iles-de-la-Madeleine dans le plus récent bilan de la santé publique, un troisième en deux jours.

Le nombre total de personnes atteintes depuis mars est donc de 195, dont trois cas actifs, alors qu’on dénombre aussi 184 guérisons et neuf décès.

Le nouveau cas, répertorié dans la Baie-des-Chaleurs, est présentement sous enquête, confirme la direction régionale de santé publique.

Au Québec, on observe aujourd’hui la plus importante hausse de cas positifs depuis le début du mois de juin, soit 180.

La maladie a aussi causé 5 mille 558 décès dans la province.

ACTUALITES Pêche

Statistiques du MPO sur la pêche au homard de la zone 22 en 2020

Selon les dernières statistiques de Pêches et Océans Canada, les débarquements de homard pour les neuf semaines de pêches surpassent de presque 14% ceux de l’année record de 2019 aux Îles.

Toutefois, le ministère estime que leur valeur cumulée est en diminution de 15,5%, en passant de 78 millions de dollars l’an dernier à 66 millions cette année, étant donné la faiblesse du prix de 2020.

Selon le rapport, le nombre de voyages en mer a connu une légère hausse de 3% cette année.

C’est au quai de la Pointe-basse que le MPO enregistre la plus importante augmentation des prises, avec 21% de plus que l’an dernier, ce qui représente un total d’un peu plus d’un million 400 livres pour 35 pêcheurs en 2020.

À noter qu’en 2019, on y comptait que 33 pêcheurs au début de la saison et 34 à partir de la septième semaine.

Exceptionnellement cette année, 324 bateaux étaient actifs sur les 325 permis de pêche au homard de la zone 22.

ACTUALITES Culture

Décès de l’artiste Huguette Joncas

Celle qui a été nommée artiste de l’année aux Îles par le Conseil des arts et des lettres du Québec en mai dernier, Huguette Joncas, n’est plus.

L’artiste, née en 1950, est décédée au CISSS des Îles vendredi, des suites de récentes ruptures d’anévrisme, qui avaient laissé de lourdes séquelles.

Ayant demandé l’aide médicale à mourir, Huguette Joncas s’est éteinte sereine et entourée des siens.

Son décès a surpris la communauté artistique des Îles, mentionne la directrice générale de la corporation culturelle locale Arrimage, Anne-Marie Boudreau :

Diplômée en Arts visuels de l’Université Laval en 1973, c’est en 1987, qu’elle signe sa toute première exposition de sculptures inspirées du bestiaire canadien.

Installée dans l’archipel depuis les années 2000, elle a eu l’occasion de réaliser des sculptures pour de nombreux organismes et fondations.

Cette année, le Conseil des arts et des lettres du Québec lui décernait le Prix de l’artiste en région pour les Îles, soulignant l’originalité et la qualité de son travail, une récompense qu’elle recevait avec bonheur, souligne Madame Boudreau :

En 2014, Huguette Joncas réalisait aussi l’œuvre commémorative en hommage aux disparus en mer qui est installée à la Place des gens de mer, à Cap-aux-Meules.

ACTUALITES Covid-19 Transport

Le Club voyages des Îles offre son aide devant la complexité des procédures de remboursements d’Air Canada

Les passagers avec des billets pour des vols ou des portions de vols suspendus chez Air Canada pourraient avoir droit à des remboursements de billets, mais la mesure serait loin d’être uniforme.

Selon Monique Bourque, copropriétaire du Club voyage les Îles, les voyageurs madelinots seraient éligibles aux remboursements pour des vols prévus entre le 8 septembre prochain et mai 2021, date prévue pour le retour des vols du transporteur dans le territoire.

La copropriétaire du Club voyage les Îles, Monique Bourque

Moyennant certains frais de traitement, Mme Bourque propose aux citoyens de faire parvenir leurs dossiers par courriel à son agence afin de les étudier au cas par cas, notamment pour des vols annulés entre juillet 2019 et juillet 2020 :

Pour ce qui est des vols annulés depuis mars en raison de la pandémie, Mme Bourque mentionne que certaines circonstances particulières pourraient permettre des remboursements de billets.

Plusieurs particularités entrent cependant en ligne de compte, ce qui fait que certains voyageurs auraient plutôt droit à des crédits ou à des bons de voyage.

Étant donné le retour en juillet de la desserte directe Montréal-les Îles, qui permettait en théorie la reprise des vols annulés au printemps, Air Canada n’autorise pas pour l’instant le remboursement systématique des différentes catégories de billets, notamment lorsque des grossistes de voyages sont impliqués :

En mai, Air Canada annonçait que les détenteurs de crédits voyages étalés sur 24 mois pourraient les échanger pour des bons voyages transférables et à durée illimitée, mais n’offrait pas de retour d’argent, sauf pour ceux qui s’étaient prévalu de l’option remboursable au moment de l’achat du billet.

ACTUALITES Covid-19 Divers

Les étudiants dans les champs pour financer leurs voyages internationaux

Les étudiants du campus des Iles qui participent à des voyages internationaux prêtent main forte aux producteurs maraichers de l’archipel cet été afin d’amasser les fonds nécessaires pour y prendre part.

L’organisme Amarres et Voilures a été contacté par le Bon goût frais des Iles afin d’établir un partenariat en collaboration avec l’équipe de développement social et les producteurs.

La responsable chez Amarres et Voilures, Adèle Arseneau, explique que c’est une façon de combler un besoin en main d’œuvre dans les champs en échange de financement, en plus de sensibiliser les jeunes à l’importance de l’autonomie alimentaire.

En mars dernier, des étudiants se trouvaient à l’international au moment du décret d’état d’urgence sanitaire, alors qu’il devenait impossible d’envisager un voyage à l’extérieur du pays au cours des prochains mois.

Amarres et Voilures a d’abord travaillé à rapatrier ces étudiants, tout en devant revoir le fonctionnement de leurs principales campagnes de financement, qui se déroulaient normalement en collaboration avec la Municipalité des Iles

Si aucun voyage n’était organisé cet automne, ceux prévus en 2021 sont toujours en préparation, tandis que les étudiants qui devaient partir en Colombie cet été ont préféré reporter le projet, poursuit Noémie Déraspe.

Comme sources de financement, l’organisme maintient la vente de produits équitables, sa loterie ainsi que la tenue du jardin pédagogique.